Traumatisme périnatal

pexels-george-becker-115617.jpg
Vous aider à vous libérer ​

La grossesse, la naissance et les premiers mois devraient être des moments magiques au cours desquels tout devrait être harmonieux et doux. Si tel est parfois le cas, la réalité peut malheureusement être bien différente.

Lorsque mettre un enfant au monde devient une épreuve, on l'appelle « birth trauma » ou « traumatisme de la naissance ».

Des séquelles lourdes pour la maman

Dans le « birth trauma », c'est bien la mère qui est victime. 

Il ne s'agit ni de baby blues ni de dépression post-partum.

Plusieurs choses peuvent apparaitre et venir marquer la maman très violemment : 

  • un diagnostic difficile à accepter 

  • une grossesse difficile physique ment ou émotionnellement

  • des chocs pendant la grossesse (deuils, séparations...) 

  • la préparation à une interruption médicale de la grossesse

  • la préparation à laisser partir un bébé qui au final né en parfaite santé

  • un accouchement traumatique. De la non-écoute des souhaits de la maman, à la violence obstétricale, du déclanchement à la césarienne, les raisons sont malheureusement nombreuses.

  • les premiers moments avec bébé perçus comme volés

  • des actes perçus comme des violences psychologiques à la maternité (séparation, absence d'aide, d'écoute, d'empathie, informations contradictoires... )

De lourdes conséquences psychologiques peuvent alors se manifester :

  • angoisse

  • panique

  • cauchemars récurrents

  • troubles du sommeil et de l'attention…

On peut alors évoquer un syndrome de type stress post-traumatique, trouble psychique qui peut survenir après un choc physique et/ou émotionnel vécu par la personne ou dont elle est témoin. 

 

Des conséquences pour l’enfant

Si les premières conséquences d’un accouchement traumatique non accompagné sont les blessures psychiques de la maman, le bébé est la deuxième victime du trauma.

Il a été démontré que ces blessures vont teinter le lien mère-enfant. Que l'attachement pourra mettre plus de temps à se faire si la mère a ressenti des violences. 

La première cause de violences et de négligences sur nourrisson vient d’un lien dysfonctionnel avec les parents. Il y a donc urgence aussi bien pour la maman que pour l’enfant à recréer, retisser un lien fort, un lien puissant.

 

Une difficulté à accepter, à faire accepter et donc à être aidée

« Mais quand même tu as de la chance, ton bébé va bien… » qu’elle mère victime d’un accouchement ou d’une grossesse traumatique n’a pas entendu cette phrase ?

La plupart des femmes concernées ont alors du mal à demander de l'aide et souffrent en silence, pensant ne pas avoir le droit d'être « traumatisées » quand leur bébé est en bonne santé et que leur entourage leur répète qu'elles vivent là le plus beau moment de leur vie.

Même si le birth trauma est très peu étudié (… !), toutes les études réalisées ont démontré que les mamans qui sont entendues, accueillies et qui peuvent librement parler suite à cette expérience traumatique arrivent plus rapidement à créer une relation puissante avec leur enfant.

 

Comment je vous accompagne ?

En créant un espace de parole, de réconciliation et de réparation émotionnelle, l’accompagnement, empreint d’hypnose, que je vous propose vous permet d’exprimer votre vécu, vos ressentis en toute sécurité et ainsi d’atténuer douleur et culpabilité bien souvent présentes elles aussi.

Une nécessité pour les mamans mais aussi pour leurs bébés. 

Si dans les heures, les jours qui suivent la naissance est dans l'idéal ce qui est recommandé aux mamans. Aussi tôt que possible pour elles sera toujours une bonne chose. 

C'est pour cela que dans mon accompagnement périnatal vous trouverez une séance à J3. 

 

Et le co-parent.

En début de paragraphe, je précise que l’on peut ressentir un stress post traumatique en étant témoin d’un événement traumatique. Les co-parents peuvent donc tout à fait être victimes d’un birth trauma.

Encore plus tabou malheureusement.

J’accompagne aussi bien évidemment les papas et secondes mamans à traverser cette expérience.

© 2020-Stephanie Ailloud

  • Facebook
  • Instagram